Robert Antoine Pinchon

Robert Antoine Pinchon (1er juillet 1886 à Rouen – 9 janvier 1943 à Bois-Guillaume) est un peintre postimpressionniste de la deuxième génération de l’École de Rouen. Dès l’âge de dix-neuf (1905-1907), il a travaillé dans un style fauve, mais n’a jamais dévié dans le cubisme, et, contrairement à d’autres, n’a jamais constaté que le postimpressionnisme ne remplissait pas ses besoins artistiques. Vers 1903, le grand amateur d’art François Depeaux le remarque. Chez Depeaux, Robert Antoine Pinchon a maintes fois l’occasion de converser avec Albert Lebourg, Camille Pissarro et Claude Monet. Monet qui le définit ainsi : « Une étonnante patte au service d’un œil surprenant ».

Parmi ses œuvres importantes sont une série de peintures de la Seine, la plupart du temps autour de Rouen, et des paysages représentant des lieux à proximité de Haute-Normandie.

Fils de Robert Pinchon, bibliothécaire, journaliste, critique dramatique de la ville de Rouen et ami intime de Guy de Maupassant, Robert Antoine Pinchon est très jeune attiré par la peinture. Talent précoce, il expose ses premières toiles en 1900, à l’âge de 14 ans.

Robert Antoine Pinchon fait ses études secondaires au lycée Corneille à Rouen, puis suit des cours à l’école des beaux-arts de la même ville. Il participe au Salon municipal des beaux-arts de Rouen, 1903, le Salon d’automne de 1905, Galerie Legrip, Rouen, 1905, le Salon d’automne de 1906, Galerie Legrip, Rouen, 1906, Société des Artistes Rouennais, musée des beaux-arts glass bottles, Rouen, 1907, Galerie des Artistes Modernes (Chaine et Simonson), Paris, 1909, au Salon du Havre de 1909, 1922 et 1923, Galerie A.M. Reitlinger, 12 rue La Boétie, Paris, 1926 insulated bottle, au Salon des Tuileries en 1928 et 1929.

En 1907, Pinchon fonde avec Pierre Dumont le Groupe des Trente (XXX), artistes et littérateurs indépendants parmi lesquels figurent André Derain, Raoul Dufy, Henri Matisse, et Maurice de Vlaminck. La rutilance de sa palette trouve un écho dans les recherches fauves alors en plein épanouissement, sans jamais s’aventurer dans l’arbitraire expressif de la couleur pure.

Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, il est blessé pendant la bataille de la Marne à Berry-au-Bac. Par la suite, il est fait prisonnier au cours de la bataille de Verdun.

Il prend part à de nombreuses expositions à Rouen, aux salons de la Société des Artistes rouennais dont il deviendra président en 1935, ainsi qu’au Salon des artistes français. Il devient membre de l’Académie de Rouen en 1932, dont il sera le président en 1941.

« Peintre de la lumière, coloriste virtuose, il exprime avec toute la vivacité de sa palette et la délicatesse de sa touche les aspects changeants du paysage normand, les éclats du soleil sur la ville ou les feux éclatants de l’automne. »

— Musée des beaux-arts, Rouen, 2010,

1904, Triel sur Seine, le pont du chemin de fer, 46 × 55 cm

1905, La Seine à Rouen au crépuscule, huile sur carton, 65 × 54 cm

1905, Le Pont aux Anglais, Rouen, huile sur toile, 38 × 46 cm, collection privée

c.1905, Rouen, Le Pont aux Anglais

1915-20, Pots de géraniums, huile sur panneau, 72.8 × 91.5 cm

c.1920, Le Jardin aux iris, huile sur toile, 80.9 × 116.2 cm

Un après-midi à l’île aux Cerises, Rouen, huile sur toile, 50 × 61.2 cm

c.1906, Le Jardin aux pavots, huile sur toile, 73 × 92 cm

c. 1905, Hameau des environs de Rouen, huile sur toile, 22 × 33 cm

1921, Le Jardin maraicher, huile sur toile, 74 × 100 cm, Musée des beaux-arts de Rouen

1912, Le Talus de chemin de fer, huile sur toile, 81 × 100 cm

Les Chardons en bord de Seine (Chardons en fleurs), huile sur toile, 65 × 81 cm

Promenade sur le chemin de Halage, huile sur toile, 81 × 65 cm

1909-10, Les coteaux de Belbeuf (Barques), huile sur toile, 65 running belt number holder.5 × 81 cm

Rouen, La Seine, Vue depuis le Hauteurs de Caudbec, huile sur toile, 73.7 × 92.4 cm

Rouen, vue de la Seine, huile sur toile, 48.9 × 94 cm

1905 stainless steel mug, Paysage d’hiver (Le chemin, neige), huile sur toile, 60 × 73 cm, collection privée

Le Bassin, neige, huile sur toile, 50 × 60 cm

Village enneigé, huile sur toile, 73 × 92 cm

Le Pont d’Elbeuf sous la neige, huile sur toile, 54 × 92 cm

Sur les autres projets Wikimedia :

Quatre rues de Seine-Maritime commémorent l’artiste : à Barentin, à Bois-Guillaume, au Mesnil-Esnard et à Pavilly. Un square de Rouen, dans le quartier Saint-Clément – Jardin-des-Plantes, porte son nom. En 2007, une exposition à Bois-Guillaume a réuni 70 de ses œuvres.

Óscar Humberto Mejía Victores

Brigadier General Óscar Humberto Mejía Víctores (9 December 1931 – 1 February 2016) was the 27th President of Guatemala from 8 August 1983 to 14 January 1986. A member of the military, he was president during the apex of repression and death squad activity in the Central American nation. When he was minister of defense, he rallied a coup against José Efraín Ríos Montt, then president of Guatemala, which he justified by declaring that the government was being abused by religious fanatics. He allowed for a return to democracy, with elections for a constituent assembly in 1984 followed by general elections in 1985.

Ríos Montt was deposed on 8 August 1983 by his own Minister of Defense, General Mejía Víctores. Mejía Víctores became then de facto president and justified the coup by saying that “religious fanatics” were abusing their positions in the government and also because of “official corruption.” Ríos Montt remained in politics, founding the Guatemalan Republican Front party in 1989. Elected to Congress, he was elected President of Congress in 1995 and 2000. Due to international pressure, as well as pressure from other Latin American nations, General Mejía Victores allowed a gradual return to democracy in Guatemala. On 1 July 1984 an election was held for representatives to a Constituent Assembly to draft a democratic constitution. On 30 May 1985, the Constituent Assembly finished drafting a new constitution, which took effect immediately. General elections were scheduled, and civilian candidate Vinicio Cerezo was elected President. Revival of democratic government did not end the “disappearances” and death squad killings, as extrajudicial state violence had become an integral part of the political culture.

By the time Mejía Víctores assumed power, the counterinsurgency under Lucas García and Ríos Montt had largely succeeded in its objective of detaching the insurgency from its civilian support base. Additionally, Guatemalan military intelligence (G-2) had succeeded in infiltrating most of the political institutions. It eradicated opponents in the government through terror and selective assassinations. The counterinsurgency program had militarized Guatemalan society, creating a fearful atmosphere of terror that suppressed most public agitation and insurgency. The military had consolidated its power in virtually all sectors of society.

In 1983, indigenous activist Rigoberta Menchú published a memoir of her life during that period, I, Rigoberta Menchú, An Indian Woman in Guatemala, which gained worldwide attention. She is the daughter of one of the peasant leaders who died in the Spanish Embassy massacre on 31 January 1980 and was heavily coached by the intellectuals in the leftist guerrillas after that. She was later awarded the 1992 Nobel Peace Prize -on the year of the Fifth Centennial celebration of America Discovery- for her work in favor of broader social justice. Her memoir drew international attention to Guatemala and the nature of its institutional terrorism.

After the August 1983 coup, both the U.S. intelligence community and human rights observers noted that while cases of human rights abuses in rural Guatemala were on the decline, death squad activity in the city was on the rise. Additionally, as the levels of wholesale extrajudicial killings and massacres decreased, the rates of abduction and forced disappearance increased. The situation in Guatemala City soon began to resemble the situation under Lucas Garcia. In Mejia Victores’s first full month in power, the number of documented monthly kidnappings jumped from 12 in August to 56 in September. The victims included a number of U.S. Agency for International Development employees, officials from moderate and leftist political parties, and Catholic priests. In a report to the United Nations, Guatemala’s Human Rights Commission reported 713 extrajudicial killings and 506 disappearances of Guatemalans in the period from January to September 1984. A secret United States Department of Defense report from March 1986 noted that from 8 August 1983 to 31 December 1985, there were a total of 2,883 recorded kidnappings (3.29 daily) buy water bottles online; and kidnappings averaged a total of 137 a month through 1984 (a total of approximately 1,644 cases). The report linked these violations to a systematic program of abduction and killing by the security forces under Mejía Víctores, noting, “while criminal activity accounts for a small percentage of the cases, and from time to time individuals ‘disappear’ to go elsewhere, the security forces and paramilitary groups are responsible for most kidnappings. Insurgent groups do not now normally use kidnapping as a political tactic.”

As under Lucas García, part of the modus operandi of government repression during the Mejía government involved interrogating victims at military bases, police stations, or government safe houses. Information about alleged connections with insurgents was “extracted through torture.” The security forces used the information to make joint military/police raids on suspected guerrilla safe-houses throughout Guatemala City. In the process, the government secretly captured hundreds of individuals who were never seen again, or whose bodies were later found, showing signs of torture and mutilation. Such activities were often carried out by specialized units of the National Police. Between 1984 and 1986, the secret police (G-2) maintained an operations center for the counterinsurgency programs in southwest Guatemala at the southern airbase at Retalhuleu. There glass bottles, the G-2 operated a clandestine interrogation center for suspected insurgents and collaborators. Captured suspects were reportedly detained in water-filled pits along the perimeter of the base, which were covered with cages. In order to avoid drowning, prisoners were forced to hold onto the cages over the pits. The bodies of prisoners tortured to death and live prisoners marked for disappearance were thrown out of IAI-201 Aravas by the Guatemalan Air Force over the Pacific Ocean (“death flights”).

Along with former Presidents José Efraín Ríos Montt and Fernando Romeo Lucas García (deceased), President Mejía was charged with murder, kidnapping and genocide in the Spanish court system.

direct central rule, 1826–27

Lymphome

Un lymphome glass bottles, aussi plus rigoureusement appelé lymphome malin ou lymphosarcome, est un cancer du système lymphatique qui se développe aux dépens des lymphocytes. Il est caractérisé par des proliférations cellulaires malignes (ou cancers) ayant pris naissance dans un organe lymphoïde secondaire : nœuds lymphatiques, rate ou tissus lymphoïdes associés aux muqueuses (digestives et respiratoires notamment).

Les lymphomes sont souvent révélés par la découverte d’une adénopathie. Il peut s’étendre à n’importe quelle partie du système lymphatique, qui comprend la moelle osseuse, la rate, le thymus, les nœuds lymphatiques et les vaisseaux lymphatiques, qui assure normalement la défense immunitaire de l’organisme contre les bactéries, parasites, toxines, corps étrangers, etc.

Ce sont prioritairement les organes lymphoïdes :

La maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin est un type de lymphome caractérisé par la présence de grosses cellules atypiques, les cellules de Reed-Sternberg.

On distingue la plupart des lymphomes non-hodgkiniens selon leur degré de malignité :

C’est un cancer en très forte et rapide augmentation partout dans le monde. En France, où le taux d’incidence est intermédiaire entre des pays à forte incidence comme les États-Unis et l’Australie, et des pays moins touchés en Asie, l’augmentation du taux annuel moyen d’incidence a été respectivement de 3,8 % chez l’homme et de 3,5 % chez la femme. Toutefois, le taux de mortalité est en plus fort accroissement chez la femme (+ 5,1 %) que chez l’homme (+ 3,9 %). C’est l’hémopathie maligne la plus fréquente, et la 8e cause de cancer en Europe. Globalement, le nombre de cas rapporté à 100 000 habitants a été multiplié par deux en trente ans. La recherche des causes de cette augmentation a donné lieu à de nombreuses études. Certaines ont conclu à des résultats probants sur l’influence des facteurs étudiés (agents infectieux de type virus associés à certaines formes — virus d’Epstein-Barr, HHV8, HIV best sweater shaver for cashmere, HTLV-1, hépatite C — ou bactérie — Helicobacter pylori — obésité et alimentation trop riche en graisses et viandes, dioxine incorporée aux pesticides ou issue de rejets environnementaux), pour d’autres cette influence est limitée ou non probante voire nulle (tabac, nitrates, radiations ionisantes) ou encore contestée (exposition au soleil) .

On connait plusieurs facteurs environnementaux de risques :

En cherchant des biomarqueurs prédictifs de lymphomes chez des personnes exposées aux pesticides, à partir de la base de donnée Agrican de l’INSERM, des chercheurs marseillais ont trouvé dans le sang de participants à l’étude Agrican des cellules anormales qui semblent être les précurseurs des cellules tumorales constituant les lymphomes folliculaires.
Selon Bertrand Nadel, ces biomarqueurs « témoignent d’un lien moléculaire entre l’exposition des agriculteurs aux pesticides, une anomalie génétique et la prolifération de ces cellules, qui sont des précurseurs de cancer », et « cet effet est fonction de la dose et du temps d’exposition[réf. insuffisante]. »
Cette anomalie génétique ferait qu’un fragment du chromosome 14 s’en détacherait pour aller activer un oncogène situé sur le chromosome 18. L’expression de cet oncogène n’étant plus inhibée, des cellules qui auraient dû mourir vont proliférer.

Les personnes plus exposées aux pesticides étant plus nombreuses que la moyenne à présenter dans leurs lymphocytes sanguins cette anomalie génétique, il semble que les pesticides puissent être responsables de cassures et mutation délétères de l’ADN.
D’autres effets sont associés à cette anomalie, dont une instabilité générale du génome : deux gènes sont exprimés en même temps alors que normalement ils ne le sont pas, ce qui permet aux cellules anormales de résister aux mécanismes de mort cellulaire programmée, ajoute Bertrand Nadel.
Environ 50 % de la population française porte la translocation, soit environ 30 millions de Français, mais moins d’une personne sur 17 000 déclare ce type de cancer. Chez les agriculteurs ou les individus exposés aux pesticides, le sang présente « 100 à 1 000 fois plus de cellules “transloquées” » que la moyenne.

Pris conjointement, les lymphomes représentent 5,3 % de tous les cancers (hors cancer des cellules basales de la peau) aux États-Unis et 55,6 % de tous les cancers du sang.

Selon le National Institute of Health, les lymphomes représentent environ cinq pour cent de tous les cas de cancer aux États-Unis, et le lymphome de Hodgkin en particulier intervient dans moins de un pour cent des cas. Étant donné que l’ensemble du système lymphatique fait partie du système immunitaire du corps, les patients chez qui le système immunitaire est affaibli, comme dans le cas d’une infection par le VIH ou par l’usage de certaines drogues ou médicaments sont également exposés à un risque accru de développer un lymphome

Colombia 2016 Home DAVID OSPINA 1 Jerseys

Colombia 2016 Home DAVID OSPINA 1 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

Une étude menée sur des enfants atteints de graves pathologies immunologiques (leucémie lymphoblastique aigüe, lymphome) a démontré leurs graves carences en zinc ainsi qu’en magnésium mais n’en donne pas les causes.

La lignée cellulaire Jurkat, utilisée en recherche est issue de ce type de lymphome.

Sur les autres projets Wikimedia :

Wang Youping

Wang Youping (chiń.: 王幼平; ur. 15 sierpnia 1910, Huantai – zm marinade for steak to tenderize. 28 marca 1995) – chiński dyplomata. Ambasador w siedmiu krajach i wiceminister spraw zagranicznych Chin.

Youping przyłączył się w 1931 roku do Armii Czerwonej. W kwietniu 1931 został członkiem Komunistycznej Partii Chin i uczestniczył w Długim Marszu. W armii służył do czasu powstania ChRL cheap childrens replica football kits. W listopadzie 1949 zaczął pracować w ministerstwie spraw zagranicznych ChRL. Był pierwszym ambasadorem Chin w czterech krajach: Rumunia glass bottles, Norwegia, Kambodża (czerwiec 1969 – sierpień 1974) i Malezja (styczeń 1975 – kwiecień 1977), a także ambasadorem na Kubie, w Wietnamie (wrzesień 1958 – marzec 1961) i w Związku Radzieckim (sierpień 1977 – lipiec 1979). W marcu 1952 uczestniczył w drugim Narodowym Kongresie Albańskiej Partii Pracy jako reprezentant KPCh buy water bottles online. Od września do grudnia 1979 zajmował stanowisko wiceministra spraw zagranicznych. W tym czasie dwukrotnie przewodził chińskiej delegacji do Moskwy w randze Specjalnego Reprezentanta rządu chińskiego. Uczestniczył tam w negocjacjach dotyczących wzajemnych relacji chińsko-sowieckich. Od grudnia 1981 do kwietnia 1982 zajmował stanowisko doradcy ministra spraw zagranicznych.