Robert Antoine Pinchon

Robert Antoine Pinchon (1er juillet 1886 à Rouen – 9 janvier 1943 à Bois-Guillaume) est un peintre postimpressionniste de la deuxième génération de l’École de Rouen. Dès l’âge de dix-neuf (1905-1907), il a travaillé dans un style fauve, mais n’a jamais dévié dans le cubisme, et, contrairement à d’autres, n’a jamais constaté que le postimpressionnisme ne remplissait pas ses besoins artistiques. Vers 1903, le grand amateur d’art François Depeaux le remarque. Chez Depeaux, Robert Antoine Pinchon a maintes fois l’occasion de converser avec Albert Lebourg, Camille Pissarro et Claude Monet. Monet qui le définit ainsi : « Une étonnante patte au service d’un œil surprenant ».

Parmi ses œuvres importantes sont une série de peintures de la Seine, la plupart du temps autour de Rouen, et des paysages représentant des lieux à proximité de Haute-Normandie.

Fils de Robert Pinchon, bibliothécaire, journaliste, critique dramatique de la ville de Rouen et ami intime de Guy de Maupassant, Robert Antoine Pinchon est très jeune attiré par la peinture. Talent précoce, il expose ses premières toiles en 1900, à l’âge de 14 ans.

Robert Antoine Pinchon fait ses études secondaires au lycée Corneille à Rouen, puis suit des cours à l’école des beaux-arts de la même ville. Il participe au Salon municipal des beaux-arts de Rouen, 1903, le Salon d’automne de 1905, Galerie Legrip, Rouen, 1905, le Salon d’automne de 1906, Galerie Legrip, Rouen, 1906, Société des Artistes Rouennais, musée des beaux-arts glass bottles, Rouen, 1907, Galerie des Artistes Modernes (Chaine et Simonson), Paris, 1909, au Salon du Havre de 1909, 1922 et 1923, Galerie A.M. Reitlinger, 12 rue La Boétie, Paris, 1926 insulated bottle, au Salon des Tuileries en 1928 et 1929.

En 1907, Pinchon fonde avec Pierre Dumont le Groupe des Trente (XXX), artistes et littérateurs indépendants parmi lesquels figurent André Derain, Raoul Dufy, Henri Matisse, et Maurice de Vlaminck. La rutilance de sa palette trouve un écho dans les recherches fauves alors en plein épanouissement, sans jamais s’aventurer dans l’arbitraire expressif de la couleur pure.

Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, il est blessé pendant la bataille de la Marne à Berry-au-Bac. Par la suite, il est fait prisonnier au cours de la bataille de Verdun.

Il prend part à de nombreuses expositions à Rouen, aux salons de la Société des Artistes rouennais dont il deviendra président en 1935, ainsi qu’au Salon des artistes français. Il devient membre de l’Académie de Rouen en 1932, dont il sera le président en 1941.

« Peintre de la lumière, coloriste virtuose, il exprime avec toute la vivacité de sa palette et la délicatesse de sa touche les aspects changeants du paysage normand, les éclats du soleil sur la ville ou les feux éclatants de l’automne. »

— Musée des beaux-arts, Rouen, 2010,

1904, Triel sur Seine, le pont du chemin de fer, 46 × 55 cm

1905, La Seine à Rouen au crépuscule, huile sur carton, 65 × 54 cm

1905, Le Pont aux Anglais, Rouen, huile sur toile, 38 × 46 cm, collection privée

c.1905, Rouen, Le Pont aux Anglais

1915-20, Pots de géraniums, huile sur panneau, 72.8 × 91.5 cm

c.1920, Le Jardin aux iris, huile sur toile, 80.9 × 116.2 cm

Un après-midi à l’île aux Cerises, Rouen, huile sur toile, 50 × 61.2 cm

c.1906, Le Jardin aux pavots, huile sur toile, 73 × 92 cm

c. 1905, Hameau des environs de Rouen, huile sur toile, 22 × 33 cm

1921, Le Jardin maraicher, huile sur toile, 74 × 100 cm, Musée des beaux-arts de Rouen

1912, Le Talus de chemin de fer, huile sur toile, 81 × 100 cm

Les Chardons en bord de Seine (Chardons en fleurs), huile sur toile, 65 × 81 cm

Promenade sur le chemin de Halage, huile sur toile, 81 × 65 cm

1909-10, Les coteaux de Belbeuf (Barques), huile sur toile, 65 running belt number holder.5 × 81 cm

Rouen, La Seine, Vue depuis le Hauteurs de Caudbec, huile sur toile, 73.7 × 92.4 cm

Rouen, vue de la Seine, huile sur toile, 48.9 × 94 cm

1905 stainless steel mug, Paysage d’hiver (Le chemin, neige), huile sur toile, 60 × 73 cm, collection privée

Le Bassin, neige, huile sur toile, 50 × 60 cm

Village enneigé, huile sur toile, 73 × 92 cm

Le Pont d’Elbeuf sous la neige, huile sur toile, 54 × 92 cm

Sur les autres projets Wikimedia :

Quatre rues de Seine-Maritime commémorent l’artiste : à Barentin, à Bois-Guillaume, au Mesnil-Esnard et à Pavilly. Un square de Rouen, dans le quartier Saint-Clément – Jardin-des-Plantes, porte son nom. En 2007, une exposition à Bois-Guillaume a réuni 70 de ses œuvres.

Schillhof

Die Einöde Schillhof ist ein Ortsteil der Stadt Abensberg im Landkreis Kelheim (Niederbayern).

Der Ort liegt in westlicher Richtung, benachbart zur Einöde Gilla vor den Toren der Stadt Abensberg, auf einer leichten Erhebung in den Ebenen des Abenstales. Regensburg ist in östlicher Richtung zirka 45 Kilometer und Ingolstadt in westlicher 30 Kilometer entfernt. München liegt etwa 90 Kilometer südlich des Ortes.

Die Einöde wurde schon 1327 im Zusammenhang mit Schenkungen des „Ulrich III., Herr von Abensberg“, urkundlich erwähnt football tee shirts. Im Jahr 1353 übergab Ulrich seiner zweiten Ehefrau Gertrud unter anderem auch die Schwaige (= Viehhaltung) „Schühelhof“. Im Landshuter Erbfolgekrieg wurde der Hof 1501 niedergebrannt und stand lange Zeit leer. 1580 erwarb ihn die Familie Raisacher, welche ihn bis zum Jahre 1713 in Besitz hatte.

Auf der Einöde wird Landwirtschaft betrieben stainless steel mug.

Koordinaten:

Abensberg&nbsp maroon football socks;| Allersdorf | Arnhofen | Aumühle | Aunkofen | Badhaus | Baiern | Buchhof | Gaden | Gilla | Holzharlanden | Kleedorf | Lehen | Mitterhörlbach | Oberhörlbach | Offenstetten | Pullach | Sandharlanden | Schillhof | Schwaighausen&nbsp poland football shirt;| See | Unterhörlbach